facebook twitter instagram linkedin google youtube vimeo tumblr yelp rss email podcast phone blog search brokercheck brokercheck Play Pause
%POST_TITLE% Thumbnail

La voie de l’avenir - Comprendre le choc économique du premier trimestre

Des sommets records à une soudaine baisse des marchés — quelle différence un mois peut faire!

Le 19 février, l’indice S&P 500 — l’indice de référence pour les actions américaines — a atteint un sommet sans précédent de 3 386. Le sénateur Bernie Sanders était le candidat favori du Parti démocrate de 2020 et les investisseurs évaluaient dans quelle mesure le coronavirus pouvait perturber la chaîne d’approvisionnement. Un peu plus d’un mois plus tard, l’indice S&P 500 affiche une baisse de 24 %, Joe Biden est maintenant le candidat favori, et des centaines de millions — voire des milliards — de citoyens du monde s’isolent chez eux.

L’effondrement du marché a été généralisé et ne s’est pas limité à un seul pays. Au Canada, l’indice composé S&P/TSX a perdu 21,6 % depuis le début de l’année, après avoir atteint un sommet en janvier. La volatilité des actions canadiennes a été amplifiée par la baisse de 66 % du prix du pétrole, mesurée par le prix du baril du brut West Texas Intermediate (WTI). Le WTI a commencé l’année à 61,06 $ US le baril et a terminé le mois de mars à 20,49 $ US le baril. Aux États-Unis, les indices S&P 500, Dow Jones et Nasdaq ont baissé de 20,0 %, 23,2 % et 14,2 % respectivement, en dollars américains. Sur les marchés étrangers, les actions internationales ont reculé de 23,4 % en dollars américains, selon l’indice MSCI EAEO. Ce n’est pas seulement l’ampleur du dégagement qui a pris les investisseurs par surprise, c’est la vitesse à laquelle il s’est produit. Il n’a fallu que 22 jours pour que l’indice S&P 500 chute de 30 % par rapport à son sommet record. C’est la baisse de cette ampleur la plus rapide de l’histoire.

 

Évitez les décisions hâtives

Il y a deux activités de placement qui offrent peu d’espoir de réussite, ou qui n’en offrent pas du tout :

  • Vendre des actions de grande qualité, à ces niveaux, en raison de la peur. Dalbar, une société qui étudie le comportement des investisseurs et analyse les rendements des marchés, a constaté que l’épargnant moyen a enregistré des rendements inférieurs à la moyenne sur une période de 20 ans. Le comportement des investisseurs est souvent irrationnel pendant les replis du marché, car les décisions sont fondées sur les émotions.
  • Essayer de parler de creux boursiers. Au 31 mars 2020, les marchés boursiers mondiaux, mesurés par l’indice MSCI Monde en dollars américains, ont reculé de 21,4 % par rapport à leurs sommets records. Pour mettre les choses en contexte, la récession de 1973-1974 et la grande crise financière de 2008-2009 ont fait chuter la production économique mesurée par le produit intérieur brut de 3,2 % et 5,1 %, respectivement. Au cours de ces périodes, les marchés ont chuté de 48,2 % et 56,8 %, respectivement.


Les répercussions sur l’ensemble de l’économie à court terme refléteront probablement une récession prononcée, et l’histoire laisse entendre que les marchés boursiers pourraient subir d’autres baisses. Cependant, compte tenu de l’ampleur du dégagement, l’histoire financière suggère également que nous nous rapprochons des dernières étapes de ce repli plutôt que de celles du début ou du milieu.


La voie de l’avenir

Les conditions sont bonnes pour que l’économie mondiale et les marchés financiers reprennent leur trajectoire, mais la volatilité des marchés boursiers n’a pas encore eu de répercussions importantes sur les marchés du crédit. Les perturbations du système bancaire en 2008-2009 ont entraîné la pire récession depuis la Grande Dépression. Cette fois-ci, les banques centrales du monde entier sont plus prévoyantes, et agissent de manière plus rapide et plus décisive au moyen d’instruments de politique monétaire. La Réserve fédérale des États-Unis s’est essentiellement engagée à prendre toutes les mesures nécessaires pour assurer la liquidité des marchés financiers, notamment :

  • Abaisser leur taux du financement à un jour à près de zéro
  • Investir directement dans les obligations de sociétés de première qualité et les FNB d’obligations de première qualité, ce qu’elle n’avait jamais fait auparavant.

Sur le plan budgétaire, les gouvernements ont également pris des mesures pour venir en aide aux nombreuses personnes qui ont perdu leur emploi. Ils laissent une marge de manœuvre en ce qui a trait au remboursement des prêts pour soutenir les travailleurs mis en quarantaine. À court terme, la politique budgétaire procurera un coussin aux personnes touchées par la crise économique. À long terme, les sociétés et les consommateurs seront à l’abri de difficultés financières extrêmes, ce qui facilitera le retour à la normale par la suite.

« Quand les autres sont avides, je suis craintif et quand les autres sont craintifs, je suis avide. »

—Warren Buffet


Investir en période de ralentissement économique est souvent difficile pour les épargnants craintifs. En même temps, d’autres peuvent être à la recherche d’occasions. Mais ce n’est pas le moment de faire preuve de cupidité. C’est le moment de prendre des décisions calculées.

Si l’on se fie à l’histoire, les marchés offrent une occasion en or de placement — une fois par décennie. Au cours de la grave récession de 1973-1974, les prix élevés du pétrole en raison de l’embargo pétrolier de l’OPEP et de la guerre du Vietnam ont créé de la peur. À l’époque de la bulle technologique, c’était l’effondrement de la nouvelle économie et les attentats du 11 septembre. Lors de la grande crise financière de 2008-2009, c’était l’effondrement potentiel du système financier et du marché du logement. Aujourd’hui, c’est un virus qui, en l’espace de quelques mois, s’est répandu partout dans le monde.


Qu’est-ce qu’une décision calculée?

Retirez les émotions de votre prise de décision. Continuez d’être rigoureux en ce qui concerne la répartition de votre actif. Ne vendez pas de placements de qualité à perte. Songez à vous lancer dans les actions et à tirer parti de la volatilité.

Nous n’avons que quelques occasions en or de placements au cours d’une vie. Assurez-vous de ne pas les rater.


Comme toujours, si vous avez des questions au sujet des marchés ou de vos placements, je suis là pour y répondre.